Menu

Qu'est-ce que le « lift and shift » ?

6 cubes roses en 2 rangées avec un cube blanc légèrement basculé hors de la ligne

Pensez « stratégie » : le « lift and shift » est une approche parmi d'autres permettant de migrer vos applications vers le cloud. Elle consiste à déplacer une application et les données associées vers une plateforme cloud, sans remanier l'application.

Il n'y a pas de solution unique et universelle pour déplacer une application de votre data center sur site vers le cloud. Mais il existe des parcours de migration établis et reconnus. Le « lift and shift », aussi appelé réhébergement, est l'un d'entre eux. C'est un moyen pour les entreprises de protéger leurs investissements dans le workflow, la logique et les données métier confinés dans le matériel sur site.

L'approche « lift and shift » ouvre la voie à la modernisation de l'IT en permettant la transition vers une architecture ouverte plus extensible dans le cloud. Les entreprises l'envisagent pour de multiples raisons commerciales, notamment la réduction des coûts et l'amélioration des performances et de la résilience.

Un stratège d'entreprise propose une explication plus « organique » justifiant une transition « lift and shift » vers le cloud. Il soutient que les applications fonctionnent et évoluent par rapport à leur environnement, et que le cloud offre une taille et une diversité de services supérieures à celles des data centers sur site.

Dans quelles situations le modèle de migration vers le cloud « lift-and-shift » convient-il ?

Avec l'approche « lift-and-shift », les applications sur site peuvent être migrées vers le cloud sans repenser la conception. Mais elles ne bénéficient pas toujours pleinement des fonctionnalités cloud, et cette approche n'est donc pas la plus économique. Gartner estime qu'en 2020, les organisations dépourvues de processus d'optimisation des coûts dépenseront en moyenne 40 % de plus dans le cloud public (Ed Anderson, 2018).

Pour éviter la mauvaise surprise d'un surcoût, les entreprises ont besoin d'une stratégie d'allocation des coûts, ainsi que des rôles bien définis au sein de l'organisation afin de surveiller les dépenses liées au cloud. Il faudra probablement pour cela des outils supplémentaires.

Avantages de l'approche « lift-and-shift » pour les applications :

  • Des économies rapides. Down Jones a diminué les coûts IT de plus de 25 %. GE Oil & Gas a réalisé 52 % d'économies grâce au « lift-and-shift ».
  • Une migration immédiate vers le cloud. En 2008, Netflix a connu une panne majeure qui a empêché l'envoi des DVD aux clients et déclenché la transition vers le cloud de cette entreprise en plein essor.
  • Reprise d'activité dans le cloud.  Le déplacement des données vers le cloud fournit aux entreprises un deuxième site hautement disponible. On constate fréquemment une réduction des coûts par rapport au plan de reprise d'activité précédent.
  • Allègement de la dette technique. Les anciens systèmes peuvent être lents et coûter cher à l'entretien. De la puissance supplémentaire, comme l'instance x1e.32xlarge d'Amazon, peut vous donner l'impulsion dont vous avez besoin dans l'immédiat.

5 stratégies à étudier

Une fois que vous vous êtes engagé dans la migration vers le cloud, les options à votre disposition peuvent vous laisser perplexe : IaaS ? PaaS ? SaaS ? Gartner a identifié cinq parcours vers le cloud, présentés ici brièvement.

  • Réhébergement. C'est ce que l'on appelle l'infrastructure en tant que service (IaaS) ou « lift and shift ». Vous réhébergez votre application dans un autre environnement matériel sans changer son architecture. La migration est rapide, relativement peu coûteuse, mais le fonctionnement quotidien peut être onéreux, car vous ne bénéficiez pas de l'efficacité du cloud.
  • Remaniement. Également appelé plateforme en tant que service (PaaS) : vous exécutez vos applications sur une infrastructure de fournisseur cloud. Les développeurs peuvent réutiliser les langages, les frameworks et les conteneurs qui utilisent du code stratégique pour l'entreprise. Les inconvénients sont les fonctionnalités manquantes, le risque lors de la transition et la dépendance vis-à-vis du framework.
  • Révision. Tout d'abord, vous prenez en charge les besoins de modernisation de l'ancien système en modifiant ou en étendant le code existant. Ensuite, vous choisissez entre le réhébergement et le remaniement pour migrer vers le cloud. Cela signifie que vous pouvez bénéficier des caractéristiques cloud de l'infrastructure de votre fournisseur, mais avec quelques dépenses préalables en développement.
  • Reconstruction. Vous jetez le code d'une application existante et vous la reconstruisez. L'avantage réside dans l'accès aux fonctionnalités innovantes de la plateforme du fournisseur qui améliorent la productivité des développeurs. La contrepartie est soit la dépendance, soit l'abandon des actifs applicatifs si la situation devient inacceptable.
  • Remplacement. Abandonnez votre ensemble d'applications déjà en place et adoptez le logiciel commercial en tant que service (SaaS). Lorsque les besoins d'une fonction métier changent rapidement, cette approche permet d'économiser le temps et l'argent nécessaires à la mobilisation d'une équipe de développement. Mais d'autres problèmes peuvent se poser, tels qu'une sémantique incohérente des données, un accès difficile aux données et la dépendance vis-à-vis d'un seul fournisseur.


Conclusion : prenez en compte la situation dans son ensemble. Quelle plateforme cloud et quelle technique de migration optimiseront au mieux l'application pour vous permettre d'atteindre vos objectifs métier et IT ?

Posez-vous les bonnes questions

Les conseils pour la stratégie cloud et les règles de cloud computing varient pour chaque mode de transition vers le cloud. Il est par exemple utile de savoir si :

  • Vous réhébergez une application « en l'état » (lift and shift) sur l'infrastructure cloud en tant que service ?
  • Vous remaniez, voire reconstruisez, une application pour profiter pleinement du nouvel environnement et de la nouvelle plateforme, dans le but de gagner en agilité ou de faire des économies. ?
  • Vous remplacez un système existant par une application SaaS prête à l'emploi (et abandonnez le système actuel) ?
  • Vous externalisez un processus métier interne (tel que la facturation, le recouvrement ou la paye) à un fournisseur de processus métier en tant que service (BPaaS) ?


Demandez-vous à quoi votre entreprise pourrait ressembler à l'avenir (en tant qu'entreprise digitale). Est-ce que le processus métier que votre application prend actuellement en charge sera toujours utile (ou toujours exécuté en interne) ensuite ? Voici à quoi peut ressembler l'arbre décisionnel d'un processus donné :

  • Aurons-nous besoin de ce processus à long terme ? Sinon, comment pouvons-nous le supprimer ? À quels nouveaux processus devons-nous nous préparer ?
  • Avons-nous besoin ou voulons-nous exécuter ces processus en interne ? Sinon, pourrait-on envisager le BPaaS ?
  • Pouvons-nous simplement consommer la fonctionnalité requise pour ce processus sur un modèle SaaS ?
  • Pour plus de flexibilité, pouvons-nous la personnaliser (à l'aide d'une PaaS) ou l'exécuter nous-mêmes, sans devoir gérer toute une pile de middleware (toujours à l'aide d'une PaaS) ?
  • Si nous devons l'exécuter nous-mêmes sur une infrastructure rudimentaire, pouvons-nous utiliser un service d'infrastructure partagée (IaaS) public ou privé hébergé ?


Posez-vous les bonnes questions pour orienter votre stratégie cloud de façon à ce qu'elle vous apporte une véritable valeur commerciale.

NetApp et le « lift-and-shift »

De nombreuses entreprises retardent la migration vers le cloud de leurs workloads basés sur des fichiers par crainte de perdre certaines des fonctionnalités dont elles bénéficient sur site. NetApp® Cloud Volumes répond à ces inquiétudes. De par sa conception, cette solution offre des performances extrêmes et des fonctionnalités avancées de gestion des données pour répondre aux besoins de vos applications les plus exigeantes dans le cloud.

Cloud Volumes résout de nombreuses difficultés de la migration vers le cloud grâce à :

  • Une latence et des performances supérieures par rapport aux services de fichiers cloud actuels
  • Des protocoles NAS entièrement implémentés, y compris les options de version rarement disponibles auprès des fournisseurs cloud
  • Des fonctionnalités avancées de gestion des données telles que la synchronisation automatisée et les snapshots, les clones rapides, la réplication et la sauvegarde dans le cloud
  • Une évolutivité cohérente avec le stockage sur site
  • Aucun besoin de repenser l'architecture des applications d'entreprise pour le stockage objet ou le stockage cloud plus lent

Cloud Volumes promet une latence inférieure à 2 ms, ce qui en fait la solution idéale pour les applications de data center exécutées dans le cloud. Les tiers de performance sont disponibles pour permettre des compromis coûts/performances flexibles.

Pour aller plus loin