Menu

Prédictions de NetApp pour 2020 par Atish Gude, CSO de NetApp

Press Release Peach Image

Nous contacter
Henry Conseil
agence@henryconseil.com

Paris, le 15 janvier, 2020 – 2019 a été une année riche en innovations rapides et en bouleversements pour le secteur informatique et les entreprises en général. Avec l'adoption généralisée des environnements multi-Clouds hybrides comme architecture de facto, les entreprises du monde entier sont poussées à moderniser leur infrastructure, et fournir une valeur tangible grâce à des applications et des charges de travail reposant sur le big data.

En conséquence, les entreprises délaissent leurs environnements locaux au profit de services dans le Cloud public, développent des Clouds privés, et passent du disque au stockage flash dans leurs centres de données, parfois simultanément. Ces transformations ouvrent la voie à un potentiel énorme, mais introduisent également involontairement plus de complexité.

Nous estimons que la simplicité et la personnalisation seront les principaux facteurs qui guideront les décisions d'achat de technologies informatiques en 2020. Les prestataires devront proposer des technologies modernes et flexibles, avec la possibilité de choisir comment utiliser et consommer ces technologies, afin que les clients puissent évoluer au rythme de leur activité. Alors que les départements informatiques tentent de moins se focaliser sur la maintenance et le matériel pour réduire les coûts et adopter des modèles de paiement à l'utilisation, la simplicité et le choix sont des besoins cruciaux.

Ils serviront de base aux entreprises qui suivent les tendances technologiques prometteuses que nous identifions dans les sections suivantes.

1. Avec l'avènement de la 5G, les objets connectés reposant sur l’intelligence artificielle deviendront une réalité. Les environnements d’Edge Computing révolutionneront beaucoup plus le secteur informatique que ne l’a fait le Cloud.

En prévision de l'émergence généralisée de la 5G, des applications d'intelligence artificielle matures et des capteurs à moindre coût seront utilisés pour créer des ecosystèmes d’Edge Computing dotés de puissantes capacités de traitement. Ces environnements à forte bande passante et à faible latence serviront de base à des innovations sans précédent.

L'avènement de la 5G est ce que l’Internet des objets reposant sur l’intelligence artificielle attendait. Il faudra encore quelques années pour que la 5G se propage à l'ensemble de l'Europe. Cependant en 2020, de nombreux acteurs du secteur de la technologie et de la communauté des affaires investiront dans la création d'environnements informatiques à la périphérie pour prendre en charge les objets connectés reposant sur l’intelligence artificielle. Ces environnements permettront de nouveaux cas d'utilisation grâce à des décisions intelligentes, instantanées et autonomes, une faible latence et une forte bande passante. Cette évolution nous amènera dans un monde où Internet fonctionnera en notre faveur, sans même avoir à s’en soucier.

Les environnements d’Edge Computing prendront le pas sur les infrastructures informatiques et les méthodes de gestion de données traditionnelles. Au fur et à mesure que ces appareils sortiront du cadre des appareils domestiques (tels que les thermostats et les haut-parleurs connectés) et entraîneront de plus profondes répercussions (par exemple les parcs solaires connectés), davantage de centres de données seront placés dans le Edge. Des plates-formes telles que l'intelligence artificielle au service de l’informatique (AIOps) seront nécessaires pour superviser ces environnements complexes dans l’Edge Computing, sur site et dans le Cloud.

2. L'impact de la blockchain sera indéniable car les registres indélébiles permettent des cas d'utilisation révolutionnaires en dehors du cadre de la cryptomonnaie.
Le monde s’éloigne rapidement du Bitcoin pour adopter des registres distribués indélébiles en entreprise, ouvrant la voie à une transformation exponentielle par rapport à l'impact de la cryptomonnaie sur la blockchain dans le domaine de la finance.

Même si la blockchain reste fortement associée à l’engouement pour les cryptomonnaies, la plupart des acteurs du secteur comprennent l’intérêt de cette technologie et son potentiel. 2020 sera un tournant, qui verra des implémentations plus importantes à mesure que les entreprises adopteront des registres indélébiles reposant sur Hyperledger, qui représente l’évolution de la blockchain adaptée à des cas d'utilisation plus étendus. En effet, la blockchain se « démocratisera » car elle permet à des secteurs tels que la santé de créer des dossiers médicaux universels, d'améliorer les processus pharmaceutiques pour la chaîne de surveillance, etc.

Avec de tels cas d'utilisation validant la blockchain et les registres indélébiles, l'adoption généralisée de la technologie entraînera une transformation à plus grande échelle dans la société. Cette adoption généralisée s'appuiera sur la rupture que la cryptomonnaie a entraîné dans la finance pour toucher presque tous les secteurs. En conséquence, de nouveaux moyens pour les traitements et la gestion des données inciteront les entreprises à investir dans des registres indélébiles, afin de créer des applications différenciées et collaborer sur des ensembles de données critiques et sensibles.

3. L'architecture matérielle composable aura moins de potentiel à court terme que la virtualisation des infrastructures logicielles et du matériel courant.
Les améliorations continues des performances du matériel courant, de la virtualisation logicielle et des architectures logicielles de microservices, élimineront une grande partie de l'avantage des architectures propriétaires matérielles composables en termes de performance, les reléguant à des rôles de centre de données spécialisés.

L’architecture matérielle composable est considérée comme étant la future évolution de l’infrastructure hyperconvergée (HCI). Cette architecture permet de distribuer les CPU, les cartes réseau, les accélérateurs de charges de travail et les ressources de stockage dans une architecture à l'échelle du rack, avec une interconnexion reposant sur la commutation PCIe à faible latence. Malgré le potentiel de l'architecture composable, sa normalisation a été lente et son adoption l’a été encore plus. En parallèle, la virtualisation logicielle du stockage, combinée à des solutions logicielles de virtualisation des capacités de traitement (mais accélérées par du matériel), offre aujourd'hui une grande partie de la flexibilité des architectures matérielles composables, à moindre coût et avec des performances toujours croissantes.

L'année prochaine, les tentatives de développement d'un véritable modèle de traitement à l'échelle du rack se poursuivront sans aucun doute, et ce domaine continuera d'évoluer rapidement. Cependant, la plupart des entreprises qui doivent se transformer d'ici 2020 auront intérêt à adopter une combinaison d'architectures HCI modernes (y compris des HCI subdivisées) et d’architectures de virtualisation et de conteneurisation logicielles.