NetApp Tech OnTap NetApp Logo
NetApp Tech OnTap
     
Chez NetApp, le DevOps a un nom : CodeEasy

La transition vers le DevOps, contraction de développement et d'opérations, représente un changement significatif dans le mode de développement des logiciels. Les entreprises ne peuvent plus tolérer de goulots d'étranglement liés à l'évolutivité, ni de retards dans le provisionnement ou encore d'absence d'outils d'automatisation et de test efficaces. NetApp s'est intéressé très tôt au DevOps et a créé CodeEasy. Cet environnement interne automatise le processus de provisionnement des espaces de travail de développement et de QA pour une communauté de 2 000 développeurs disséminés à travers le monde.

L'équipe de Tech OnTap s'est récemment entretenue avec Kumaraswamy Namburu, Responsable du release engineering chez NetApp, pour savoir pourquoi NetApp a si fortement misé sur le DevOps et pour connaître les avantages pour les entreprises se chargeant elles-mêmes de leurs transitions.

TOT : Pourquoi les équipes chargées de l'ingénierie et des opérations de NetApp ont-elles pris la voie du DevOps ?

Kumaraswamy Namburu : Tout d'abord, nous voulions gagner du temps. Auparavant, nos 2 000 développeurs passaient des heures à créer des sandbox et à effectuer des builds et des compilations. Les processus n'étaient pas cohérents, ce qui menaçait de ralentir les cycles de développement. Ce manque de cohérence était aussi une source de risques et d'incertitudes. Nous nous sommes aussi aperçus que nos méthodes n'étaient pas évolutives. Nous devions changer.

TOT : Comment le DevOps a-t-il changé le quotidien des développeurs et des équipes, et comment avez-vous fait pour favoriser son adoption ?

KN : Plus rien ne retarde dans leur travail ! Les développeurs sont payés pour écrire du code, et c'est ce qu'ils font de mieux. Ils doivent disposer d'un accès en libre-service et être protégés des éventuelles complexités du back-end. Ils se sont rapidement mis au DevOps lorsqu'ils en ont mesuré les avantages. Nous avons maintenant un taux d'adoption de 100 %. Mais cela ne s'est pas fait en un jour.

TOT : Comment le passage au DevOps a-t-il modifié votre approche de l'infrastructure IT ?

KN : Nous devions penser différemment et changer d'état d'esprit. Nous utilisons un cloud public lorsque c'est opportun et NetApp Private Storage pour garder la main sur nos données. Nous avons également créé un environnement de cloud privé DevOps afin de protéger notre propriété intellectuelle. Au lieu d'affecter de nombreuses ressources à la résolution du problème, nous nous sommes rendu compte que nous pouvions atteindre nos objectifs en optimisant la gestion des données.

TOT : Quels outils avez-vous utilisés pour intégrer les fonctions d'automatisation et faire gagner du temps aux développeurs lors du provisionnement des environnements ?

KN : Nous exploitons nos propres technologies, notamment clustered Data ONTAP, les copies Snapshot instantanées des systèmes de fichiers, les volumes FlexClone, les chemins de jonction, la continuité de l'activité et SnapMirror. Ces technologies s'intègrent avec Perforce Helix, le système de gestion des versions, et avec un logiciel que nous avons développé en interne. Nous l'utilisons pour automatiser tout le workflow de release.

Par exemple, en exécutant un script CodeEasy, un développeur peut cloner n'importe quel environnement et obtenir un sandbox de QA ou de développement complet avec une empreinte nulle sur le système de stockage. Il peut ensuite répliquer l'environnement dans d'autres sites de développement pour que les équipes de développement et de QA où qu'elles se trouvent dans le monde puissent virtualiser le code de la même manière.

Le logiciel NetApp, qui est utilisé par les développeurs depuis de nombreuses années, devient particulièrement indispensable lors du passage au DevOps, parce qu'il permet d'identifier les points qui posent problème. Les entreprises qui n'utilisent pas ces technologies gaspillent de la capacité de stockage et font des tâches inutiles.

TOT : Quelle est l'étape du workflow DevOps qui a le plus bénéficié des technologies NetApp ?

KN : Les tests d'intégration continue (CIT). Nous effectuons plusieurs builds toutes les 10 minutes et des tests CIT toutes les 3 heures pour évaluer les modifications apportées aux fonctionnalités applicatives. Si une modification interrompt le build ou le test, nous identifions automatiquement la modification responsable. Nous la retirons et les développeurs ont un moyen automatisé de reproduire le problème. Des clones fins et des copies Snapshot sont utilisés pour ce processus. Nous faisons ainsi des économies dans les cycles de calcul et les capacités de stockage. Notre cloud privé DevOps est évolutif sur le long terme.

TOT : Quels metrics doivent être utilisés pour mesurer la réussite et le ROI du DevOps ?

KN : Tout dépend de vos problématiques et de vos objectifs. Au final, dans le cas de NetApp, nous améliorons sensiblement le time-to-market et la qualité du code. Si nous n'avions pas changé nos méthodes, nous n'aurions sans doute pas pu respecter notre calendrier ambitieux, tout du moins pas dans les mêmes délais. Et, nous utilisons nos ressources – qu'il s'agisse de nos systèmes ou du temps consacré par les équipes – le plus efficacement possible.

TOT : Avez-vous des conseils pour ceux qui se mettent au DevOps ?

KN : Réfléchissez tout d'abord au contexte, pas aux outils. Votre problématique concerne-t-elle la gestion de la chaîne logistique ? Le build ? Les tests ? La performance ? Vos développeurs travaillent-ils sur des sites différents ? Vos problématiques vont largement dicter le choix de vos outils, mais nous avons vu que la quasi-totalité des workflows peut bénéficier du riche éventail d'API et de services de gestion des données des systèmes de stockage NetApp.

Mai 2016

 

Explorer

Les outils de développement et d'ingénierie NetApp

Principales applications DevOps

  • Perforce Helix : contrôle de version et gestion de la chaîne logistique
  • Jenkins : outil d'intégration continue
  • CodeEasy : mécanisme d'automatisation des processus développé en interne

Environnement de développement

  • Plus de 2 000 développeurs
  • 150 Go d'espace de travail par développeur, y compris les artefacts
  • Quatre sites principaux aux États-Unis et en Inde

Environnement de stockage

  • Systèmes FAS NetApp exécutant cDOT 8.3
  • Plus de 4 Po de capacité de stockage pour le DevOps

Étude de cas : DevOps

Pendant des années, les développeurs de Despegar.com, le premier site de voyages en ligne d'Amérique latine, étaient limités dans leur accès aux ressources. Ils dépendaient du personnel chargé des opérations pour provisionner l'infrastructure de développement et des équipes de QA pour tester les applications avant et après la mise en production. Pour éliminer ces obstacles, le département IT a appliqué une méthodologie DevOps. Il a créé un cloud privé à partir duquel les développeurs ont un accès en libre-service aux ressources de l'infrastructure.

Aujourd'hui, la combinaison d'une approche DevOps et d'un cloud privé créé avec OpenStack et NetApp a permis à Despegar de déployer plus de nouvelles applications et de mises à jour, à savoir de 5 par semaine à plus de 1 500.

Lire l'étude de cas Despegar.com

TRUSTe
Nous contacter   |   Choisir un partenaire   |   Commentaires   |   Offres d'emploi  |   Abonnements   |   Déclaration de confidentialité   |   © 2016 NetApp