NetApp Tech OnTap Logo NetApp
NetApp Tech OnTap
     
Nouveaux niveaux VST pour optimiser davantage l'utilisation de Flash afin d'améliorer les performances et les coûts
Jay White
Ingénieur marketing technique
Chittur Narayankumar
Ingénieur marketing technique

Virtual Storage Tiering (VST) est l'approche de NetApp en matière de hiérarchisation automatique du stockage (AST). Les technologies AST aident les data centers à exploiter les performances accrues des supports Flash tout en réduisant au minimum les coûts et la complexité. Les périphériques Flash, tels que ceux basés sur les contrôleurs et les disques SSD (Solid State Disk), peuvent effectuer 25 à 100 fois plus d'opérations de lecture aléatoire par seconde que les disques durs les plus rapides. Cependant, ces performances ont un coût par gigaoctet 15 à 20 fois plus élevé.

Plutôt que de placer définitivement un jeu de données entier sur un support Flash coûteux, VST identifie et stocke automatiquement les blocs de données fréquemment utilisées sur le support Flash et stocke les données peu consultées sur des supports plus lents et moins coûteux. NetApp a investi beaucoup de temps et d'énergie pour comprendre les défis que ces technologies AST doivent relever afin de pouvoir trouver une solution optimale.

Grâce aux deux produits récemment ajoutés à VST, NetApp propose désormais des options Flash de bout en bout disponibles à partir du client jusqu'au sous-système de disques.

  • Niveau du contrôleur. Le Flash de stockage basé sur le contrôleur, NetApp® Flash Cache, conserve les données fortement sollicitées lues de manière aléatoire. (Pour en savoir plus sur les algorithmes utilisés par Flash Cache et obtenir des informations supplémentaires, consultez cet article Tech OnTap®.)
  • Niveau du sous-système de disques. La technologie NetApp Flash Pool fait appel à un modèle hybride qui regroupe des disques SSD et des disques durs dans un agrégat NetApp. Les données fortement sollicitées lues de manière aléatoire sont mises en cache et les données écrites de manière répétitive sont automatiquement stockées sur des disques SSD.
  • Niveau du serveur. La technologie NetApp Flash Accel™ permet d'étendre VST au serveur. Elle utilise un périphérique Flash côté serveur quelconque (carte Flash PCI-e ou SSD) comme cache local qui décharge les E/S provenant des réseaux et des stockages internes pour garantir à vos applications les plus sollicitées une efficacité optimale en matière d'E/S tout en libérant les ressources des processeurs et de mémoire du serveur.

Les trois niveaux continuent à offrir la totalité des avantages de VST, y compris :

  • Promotion en temps réel des données fréquemment utilisées avec granularité élevée. Les données fréquemment utilisées entrent immédiatement dans le VST qui peut utiliser très efficacement les supports Flash grâce à sa granularité de 4 Ko.
  • Simplicité de déploiement et de gestion. VST fonctionne avec vos volumes de données et LUN existants, sans que vous ayez besoin d'apporter des modifications complexes ou perturbatrices à votre environnement de stockage. En outre, le transfert de données ne requiert aucune définition de règles, de seuils ou de fenêtres de temps.
  • Intégration totale. VST est parfaitement intégré à l'architecture de stockage unifié NetApp, ce qui signifie que vous pouvez l'utiliser avec tout protocole de stockage NAS ou SAN, sans qu'aucune modification ne soit nécessaire.

Cet article décrit les options VST au niveau du serveur et du sous-système de disques qui utilisent les technologies NetApp Flash Pool et Flash Accel. Il présente également des principes généraux qui déterminent le moment et l'endroit adaptés au déploiement de chacun des trois niveaux. Si vous ne connaissez pas Flash Cache, listez l'article d'origine sur Flash Cache pour obtenir plus d'informations.

NetApp Virtual Storage Tier fonctionne désormais à divers niveaux de votre infrastructure pour vous aider à mieux optimiser l'utilisation de Flash.

Figure 1) NetApp Virtual Storage Tier fonctionne désormais à divers niveaux de votre infrastructure pour vous aider à mieux optimiser l'utilisation de Flash.

Flash Pool

NetApp Flash Pool fonctionne au niveau de l'agrégat NetApp. (Un agrégat est une collection de groupes RAID.) Flash Pool résulte de l'ajout d'un groupe RAID composé de disques SSD à un agrégat 64 bits pour créer une baie de disques hybride qui tire parti du meilleur de chaque technologie. Les disques SSD permettent de stocker des lectures aléatoires et des écritures aléatoires répétitives (remplacements) pour les volumes de l'agrégat. Les disques durs sont alors dispensés de cette tâche. Vous pouvez ainsi obtenir des performances identiques (avec une latence globale supérieure) en utilisant moins de piles de disques ou des disques orientés capacité plutôt qu'orientés performances. Flash Pool présente les avantages d'un disque SSD en termes de latence et de débit, et la capacité de stockage en masse d'un disque dur.

L'approche de la fonctionnalité Flash Pool au niveau du sous-système de disques présente un certain nombre d'avantages.

  • Persistance. Puisqu'ils sont implémentés sur la couche du disque, les pools Flash persistent et restent opérationnels lorsqu'un événement de basculement se produit. Dans une configuration HA, si un contrôleur passe en mode hors ligne lors d'une panne prévue ou imprévue, l'autre contrôleur assure la responsabilité de ses agrégats et volumes, y compris les pools Flash. RAID est source de résilience pour protéger les données du Flash Pool.
  • Mise en cache des lectures et remplacements aléatoires. Les activités les plus « coûteuses » d'un disque dur sont les lectures et remplacements aléatoires de blocs existants. La technologie Flash Pool décharge ces opérations sur les disques SSD. La mise en cache des remplacements permet de remplir le Flash Pool de blocs susceptibles d'être relus et empêche la consignation sur le disque dur des écritures de courte durée.
  • Compatibilité de la déduplication. La technologie Flash Pool est entièrement compatible avec la déduplication. Un bloc dédupliqué peut présenter plusieurs références, par exemple dans le cas où de nombreuses instances de machines virtuelles presque identiques sont dédupliquées. Bien qu'il soit possible d'accéder à un bloc dédupliqué via de nombreuses références, seule une instance de ce bloc est conservée sur un disque SSD. Cette efficacité permet de réduire le volume de Flash nécessaire pour accueillir une charge de travail donnée. Cet effet est parfois appelé amplification du cache.
  • Prise en charge de la gamme FAS2200. En raison de leur taille compacte, les contrôleurs de la gamme NetApp FAS2200 ne prennent pas en charge le VST au niveau du contrôleur, mais ils peuvent exploiter la technologie Flash Pool.

Fonctionnement de Flash Pool

Pour savoir comment fonctionne la technologie Flash Pool, vous devez comprendre les processus permettant d'identifier et d'acheminer des lectures et remplacements aléatoires vers des disques SSD. À la première lecture d'un bloc, ce dernier est lu dans la mémoire du contrôleur de stockage à partir du disque, et l'événement de lecture est classé comme aléatoire ou séquentiel. Lorsque les blocs classés comme aléatoires doivent quitter la mémoire du contrôleur, ils sont écrits sur un disque SSD. Les lectures suivantes du même bloc sont alors possibles à partir du disque SSD.

Pour ce qui est des écritures, Data ONTAP est par essence optimisé pour les écritures. Il fait appel à une mémoire NVRAM efficace pour journaliser les demandes d'écriture entrantes afin qu'elles puissent être annoncées au plus vite au programme d'écriture. Les écritures sont collectées et écrites sur le disque par bandes entières lorsque cela est possible, ce qui optimise les performances de l'implémentation RAID et des disques durs sous-jacents en transformant un ensemble d'écritures en une activité d'écriture séquentielle.

L'objectif de Flash Pool est de décharger des E/S du disque dur tout en assurant le transfert des blocs susceptibles d'être relus ou réécrits sur des disques SSD. Les disques durs gèrent efficacement les volumes importants d'écritures séquentielles. Leur conservation sur des disques SSD reviendrait à une utilisation inefficace des ressources. Les écritures aléatoires, et particulièrement les blocs sans cesse remplacés, sont des candidats idéals pour les disques SSD Flash Pool. Flash Pool transfère sur des disques SSD les blocs susceptibles d'être lus et les blocs sur lesquels des données sont constamment écrites.

Dès la réception d'une demande d'écriture, Data ONTAP vérifie qu'elle est aléatoire plutôt que séquentielle et s'assure que l'écriture précédente au même endroit du bloc était également aléatoire. Si c'est le cas, cette écriture est dirigée vers le disque SSD.

Suppression des blocs d'un Flash Pool

La technologie Data ONTAP® fait appel à une carte des points chauds (stockée sur un disque SSD afin d'être conservée) qui reflète le degré de « chaleur » de chaque bloc. Lorsque les lectures atteignent le Flash Pool, elles sont « neutres ». Une lecture suivante élève la température du bloc qui devient « tiède », puis « chaud ». Les écritures qui atteignent le Flash Pool sont également « neutres », mais les remplacements suivants n'augmentent pas la température du bloc.

Lorsqu'un disque SSD commence à manquer d'espace, Data ONTAP lance une analyse d'identification des blocs à supprimer qui réduit la température de chaque bloc à chaque passage. Par exemple, les blocs « chauds » deviennent « tièdes », les blocs « tièdes » deviennent « neutres » et les blocs « neutres » deviennent « froids ». Si un bloc est lu ou remplacé entre deux analyses, sa température augmente à nouveau. Pour les lectures, la valeur maximale est « chaud » ; pour les remplacements, la valeur maximale est « neutre ». Si un bloc « froid » n'est ni lu ni remplacé, sa température est réduite à la valeur « suppression » lors de la prochaine analyse. À ce stade, les blocs « lus » sont supprimés alors que les blocs remplacés doivent être écrits sur le disque dur.

Ce mécanisme permet de ne conserver que les données fréquemment utilisées sur un Flash Pool lorsque ce dernier commence à manquer d'espace. Flash Pool s'ajuste de façon dynamique pour conserver les données fréquemment utilisées, et le volume sur un Flash Pool réservé aux écritures plutôt qu'aux remplacements dépend uniquement des spécifications des charges de travail qui exploitent le pool.

C'est une carte des points chauds qui identifie les blocs qui sont supprimés d'un Flash Pool. Une fois le pool saturé, une analyse d'identification des blocs à supprimer réduit la température de chaque bloc à chaque passage. Les blocs qui atteignent la température limite sont supprimés. Si un bloc est sollicité entre deux analyses, sa température augmente. Les données fréquemment utilisées sont donc conservées dans le Flash Pool.

Figure 2) Une carte des points chauds identifie les blocs qui sont supprimés d'un Flash Pool. Une fois le pool saturé, une analyse d'identification des blocs à supprimer réduit la « température » de chaque bloc à chaque passage. Les blocs sont supprimés lorsqu'ils présentent la température du niveau « suppression ». Si un bloc est sollicité entre deux analyses, sa température augmente. Les données fréquemment utilisées sont donc conservées dans le Flash Pool.

Performances de Flash Pool

Bien que nous n'ayons encore publié aucune analyse de performances relative à l'utilisation de la technologie Flash Pool, NetApp a mené des études comparatives avant/après en utilisant une charge de travail OLTP pour illustrer l'impact potentiel. En utilisant la même configuration de base FAS6210, nous avons implémenté Flash Pool, optimisé dans un cas pour le coût par IOPS et dans l'autre pour le coût par Go de stockage. Les résultats sont présentés à la figure 3. Sachez que dans les deux cas, le résultat indique une nette amélioration de la latence globale, qui peut avoir dans bien des cas un impact plus fort sur les performances perçues que la valeur totale d'IOPS.

Impact de Flash Pool sur le coût/l'efficacité et les performances.

Figure 3) Impact de Flash Pool sur le coût/l'efficacité et les performances.

Tableau 1) Exigences et options de Flash Pool.

Exigences et options de Flash Pool
Version Data ONTAPVersion ONTAP 8.1.1 ou ultérieure, 7-Mode et Cluster-Mode
Options de réglage (par volume) 
LectureLecture aléatoire (par défaut)
Méta : métadonnées uniquement.
Écriture, lecture aléatoires : remplit le pool de lecture de lectures ET d'écritures aléatoires.
Aucune : désactive la mise en cache des opérations de lecture pour un volume.
ÉcritureÉcriture aléatoire (par défaut)
Aucune : désactive la mise en cache des opérations d'écriture pour un volume.
Plateformes prises en chargeFAS22x0, FAS3240/3270, FAS3160/3170, FAS60x0, FAS62x0 et V-Series utilisant des disques SSD et NetApp uniquement

Pour en savoir plus sur le déploiement et l'utilisation de la technologie NetApp Flash Pool, consultez le document NetApp TR-4070 : Guide de conception et d'implémentation de Flash Pool.

Flash Accel

Le logiciel NetApp Flash Accel a été annoncé en août 2012 et sera disponible fin 2012. Flash Accel est conçu pour étendre les avantages de NetApp VST au réseau en incluant le serveur même. La présence de périphériques Flash locaux sur un serveur implique que vous disposez de stockage directement attaché dont vous devez assurer la gestion. Cela risque de générer des problèmes de protection des données et entraîne l'isolation des silos de données. La mise en cache des serveurs avec Flash Accel permet d'éliminer ces problèmes et présente plusieurs avantages.

  • Réservation de Flash pour améliorer les performances d'une application spécifique. Flash Accel vous permet d'affecter l'utilisation de Flash à une ou plusieurs applications tout en éliminant les inconvénients du stockage local, en augmentant le débit jusqu'à 80 % et en réduisant la latence des transactions jusqu'à 90 %.
  • Indépendance vis-à-vis du matériel. Flash Accel fonctionne avec tout périphérique Flash de premier plan (carte PCI-e ou SSD) présent sur le serveur. NetApp a également signé un contrat avec Fusion-io pour revendre ses produits ioMemory pour ceux qui ne disposent pas de périphérique. Nous avons également développé un écosystème Alliance Partner pour inclure plusieurs partenaires de mise en cache de serveurs. (Consultez ce communiqué de presse récent pour plus d'informations.)
  • Persistance et durabilité. Les données stockées dans le cache Flash Accel sont conservées après le redémarrage du serveur. Le cache persiste même après des pannes et l'apparition d'écrans bleus.
  • Cohérence unique du cache. Lorsqu'un événement tel qu'une restauration modifie les données du stockage interne, d'autres solutions de mise en cache vident le cache entier du serveur, ce qui entraîne une réduction prolongée des performances pendant son rechargement. NetApp Flash Accel est capable d'identifier et de supprimer uniquement les blocs qui ont changé, ce qui permet de garantir des performances stables.
  • Augmentation de la densité des machines virtuelles. Puisque l'exécution des machines virtuelles et des applications est plus fluide et que ces dernières passent moins de temps à attendre des ressources bloquées, vous pouvez augmenter le nombre de machines virtuelles par serveur. Habituellement, 5 à 10 machines virtuelles sont ajoutées.
  • Efficacité accrue du stockage interne. Des tests indiquent que Flash Accel améliore l'efficacité du stockage interne de 40 % par rapport à des configurations et charges de travail identiques, sans que Flash Accel soit activé. Vous réduisez ainsi les ressources nécessaires sur le stockage interne et libérez des ressources pour d'autres charges de travail.
  • Surconsommation faible. Flash Accel nécessite uniquement environ 0,5 % des ressources en mémoire de l'hôte ESX.
  • Protection des données. Les données stockées dans un cache côté serveur le sont également sur un stockage NetApp où elles sont protégées par des méthodes NetApp standard.

La première version de Flash Accel fonctionne avec VMware® vSphere® 5.0 ou une version ultérieure et les machines virtuelles Windows® uniquement. Les versions ultérieures prendront en charge des machines virtuelles supplémentaires, d'autres hyperviseurs et des systèmes nus.

Fonctionnement de Flash Accel

Flash Accel intègre trois composants :

Plug-in NetApp vCenter VSC. La configuration et la gestion de Flash Accel sont assurées par un plug-in pour NetApp Virtual Storage Console (VSC) qui s'exécute dans VMware vCenter™. Ce plug-in vous permet d'effectuer les opérations suivantes :

  • Installer et configurer le pilote du plug-in de l'hyperviseur ESX
  • Installer et configurer les agents Flash Accel invités
  • Découvrir des périphériques Flash SSD sur des hôtes ESX
  • Configurer un ou plusieurs disques SSD ou autres périphériques Flash sur des hôtes ESX utilisés par Flash Accel
  • Activer/désactiver la mise en cache sur l'hôte
  • Redimensionner le cache sur une machine virtuelle invitée
  • Communiquer l'état actuel du cache et les mesures de performances

Plug-in de l'hyperviseur Flash Accel (installé sur l'hôte ESX). Le plug-in de l'hyperviseur est installé sur un hôte ESX et assure le contrôle des périphériques connectés localement (tels que des disques SSD), ainsi que des chemins vers les baies de stockage, conformément à la configuration que vous définissez via VSC. Le plug-in crée des périphériques logiques et les présente à la pile de stockage ESX en tant que périphériques SCSI. Les périphériques logiques créés sur plusieurs hôtes ESX qui partagent le même WWN permettent à ESX de considérer un périphérique comme étant partagé, afin que les machines virtuelles qui utilisent ces périphériques puissent participer aux opérations vMotion® et VMware HA. Non seulement le plug-in de l'hyperviseur peut migrer les machines virtuelles, mais il assure la gestion du périphérique Flash et peut activer le partage de ressources dynamiques et la déduplication du bloc de cache.

Agent Flash Accel dans la machine virtuelle Windows. Un agent de niveau utilisateur est implémenté pour les machines virtuelles invitées Windows. Cet agent :

  • Transmet la configuration au pilote du filtre
  • Active/désactive la mise en cache d'un ou plusieurs périphériques ou d'une machine virtuelle entière
  • Communique les mesures des performances à VSC
  • S'intègre à d'autres logiciels de gestion de données, tels que les technologies SnapDrive® et SnapManager®

L'agent de service exporte un service Web vers VSC et communique avec le lecteur via des applets de commande Windows PowerShell™.

Flash Accel intègre des agents qui s'exécutent dans chaque machine virtuelle et un plug-in pour VMware vSphere. Il est contrôlé à partir de NetApp VSC qui s'exécute depuis vCenter. Il peut utiliser toute carte PCI-e Flash ou SSD disponible sur un hôte ESX.

>

Figure 4) Flash Accel intègre des agents qui s'exécutent dans chaque machine virtuelle et un plug-in pour VMware vSphere. Il est contrôlé à partir de NetApp VSC qui s'exécute depuis vCenter. Il peut utiliser toute carte PCI-e Flash ou SSD disponible sur un hôte ESX.

Comme l'illustre la figure 4, Flash Accel utilise des ressources Flash locales sur un serveur ESX pour fournir une couche de mise en cache aux machines virtuelles Windows. Il est possible de partager le périphérique Flash entre plusieurs machines virtuelles sur un hôte ESX, en donnant à chaque machine virtuelle son propre cache local.

Toutes les lectures effectuées à partir de la machine virtuelle sont mises en cache localement en vue de leur réutilisation, ce qui permet de décharger les lectures futures du stockage interne. Les écritures sont effectuées sur le stockage interne, mais elles peuvent être relues à partir du cache.

Le cache Flash Accel présente deux domaines clés : les opérations du cache et le gestionnaire de stockage.

  • La couche des opérations du cache permet d'implémenter les interfaces de transmission des demandes d'E/S via le cache. Il s'agit de la conversion des demandes d'E/S entrantes en plusieurs demandes d'E/S de 4 Ko à destination ou en provenance du cache et/ou du serveur de stockage primaire. La couche des opérations du cache est entièrement implémentée dans le pilote du filtre Windows.
  • Le gestionnaire de stockage assure l'organisation des métadonnées et des blocs de données en cache sur le Flash, ainsi que l'implémentation de la persistance. Ce module n'est appelé que par la couche des opérations du cache. Le gestionnaire de stockage se trouve dans le pilote de filtre et l'hyperviseur initialise, configure et gère le périphérique Flash.

La fonction la plus importante de Flash Accel est de garantir la cohérence des données. Si les données internes sont modifiées sans que Flash Accel en soit averti, les données du cache et celles du stockage interne risquent d'être désynchronisées. Cela entraîne le retour des données incorrectes vers l'application/utilisateur à partir du cache, lesquelles risquent d'être corrompues. La cohérence des données risque de poser un problème dans les deux cas suivants.

  • La modification des données en ligne effectuée par bande. Flash Accel recherche les incohérences lors du montage, démontage et démarrage d'un périphérique en comparant les métadonnées en cache avec celles du système de stockage, afin de repérer toute incohérence et d'invalider les blocs comme il convient. On peut citer en exemple une opération SnapRestore® de données d'application sur un stockage NetApp. Entre les vérifications, aucun problème d'incohérence ne se pose car Data ONTAP ne modifie pas des données utilisées simultanément par une machine virtuelle. Les modifications hors bande (mise à jour d'une machine virtuelle par l'administrateur via une méthode non reconnue par le stockage) ne sont pas prises en charge.
  • Modification des données hors ligne (par exemple, restauration de VMDK/LUN). Flash Accel procède également à la comparaison de métadonnées en cache avec des données du stockage interne et invalide les blocs comme il convient. SnapRestore permet, par exemple, de restaurer une machine virtuelle entière.

L'avantage de Flash Accel dans ce cas est qu'il n'invalide que les blocs qui présentent des différences et qu'il conserve ceux qui n'ont pas changé. Dans de tels cas, les autres solutions disponibles suppriment entièrement toutes les données en cache et réchauffent la totalité du cache. Cette opération, qui diminue les performances, peut prendre quelques heures ou plusieurs jours, selon les données.

Performances de Flash Accel

Nous avons comparé les performances de la même configuration avec et sans Flash Accel à l'aide de JetStress, qui simule la charge d'E/S du disque créée par Microsoft® Exchange. L'utilisation de Flash Accel s'est traduite par une amélioration d'environ 77 % des performances d'E/S pour les lectures et les écritures. Puisque Flash Accel s'est principalement chargé des opérations de lecture d'applications, le stockage interne a été partiellement libéré de cette tâche et a pu ainsi améliorer les performances de ses opérations d'écriture, ce qui s'est traduit par une amélioration globale considérable des performances des applications. Les résultats sont présentés à la figure 5.

Flash Accel améliore les opérations d'E/S en lecture et écriture d'environ 77 % en utilisant JetStress pour simuler une charge de travail Exchange.

Figure 5) Flash Accel améliore les opérations d'E/S en lecture et écriture d'environ 77 % en utilisant JetStress pour simuler une charge de travail Exchange.

Choix des options VST

En choisissant le ou les niveaux VST les plus adaptés, vous souhaitez optimiser le retour généré par votre investissement dans la technologie Flash en accélérant le traitement des charges de travail urgentes pour le coût le plus faible possible.

  • Niveau du serveur (Flash Accel). Permet l'accélération d'une ou plusieurs machines virtuelles exécutées sur un hôte ESX spécifique.
  • Niveau du sous-système de disques (Flash Pool). Permet l'accélération des charges de travail par agrégat.
  • Niveau du contrôleur (Flash Cache). Permet l'accélération de toutes les charges de travail associées à un contrôleur de stockage.

En d'autres termes, au sein d'une infrastructure de stockage partagée, la charge de travail est plus spécifique au niveau du serveur et moins spécifique au niveau du contrôleur. Si vous devez accélérer une charge de travail, optez pour le VST au niveau du serveur. Si vous devez accélérer toutes vos charges de travail (et éventuellement passer de disques orientés performances à des disques orientés capacités), choisissez le niveau du sous-système de disques ou du contrôleur.

Pour les nouveaux déploiements, nous vous conseillons d'utiliser dans un premier temps la technologie Flash Cache ou Flash Pool, puis éventuellement de faire appel à Flash Accel pour améliorer davantage les performances des applications les plus sensibles à la latence.

Si vous devez choisir entre Flash Cache et Flash Pool, les points suivants récapitulent les similitudes et les différences que présentent les deux technologies.

  • Les technologies Flash Pool et Flash Cache permettent la mise en cache de lectures aléatoires et elles sont toutes les deux entièrement compatibles avec la déduplication pour assurer l'exploitation de l'espace la plus efficace possible.
  • Flash Pool est installé et traite des charges de travail par agrégat. Flash Cache s'applique à toutes les charges de travail d'un contrôleur.
  • Flash Cache est prêt à l'emploi alors que Flash Pool s'auto-gère après une configuration simple.
  • Flash Pool :
    • Décharge les E/S sur le disque SSD pour les écritures aléatoires répétitives
    • Est protégé par RAID
    • Assure des performances stables après les événements de basculement
    • Prend en charge l'ensemble de la gamme FAS, y compris FAS2200

En règle générale, Flash Pool constitue un bon choix pour les applications stratégiques, car ses atouts résistent aux événements de basculement. C'est également la technologie de choix pour les applications aux taux de remplacements élevés et la seule option disponible dans la gamme FAS2200. En raison de sa proximité avec la mémoire principale, Flash Cache peut présenter des avantages pour les services de fichiers hautes performances.

Même si vous pouvez installer Flash Pool et Flash Cache sur le même système de stockage, cela ne présente aucun avantage particulier. Les blocs de données d'un agrégat sur lequel Flash Pool est activé ne sont jamais mis en cache dans Flash Cache.

Conclusion

Avec l'introduction de Flash Pool et Flash Accel dans VST, NetApp propose deux nouvelles méthodes pour optimiser les performances d'E/S à l'aide de Flash. N'oubliez pas les points généraux suivants :

  • Flash Cache accélère toutes les opérations.
  • Flash Pool accélère un agrégat.
  • Flash Accel accélère une application.

Vous pouvez combiner des niveaux pour optimiser les performances globales tout en limitant votre investissement à un minimum. Quelle que soit l'option que vous choisissez, une fois que VST est installé, vous n'avez plus rien à gérer. Vous pouvez régler les paramètres de votre déploiement si vous le souhaitez, mais les valeurs par défaut fonctionnent bien dans la plupart des cas et les avantages sont considérables et mesurables.

 Vous avez des commentaires sur la technologie VST ?

Posez vos questions, échangez des idées et partagez vos points de vue directement en ligne via les communautés NetApp.

Article rédigé par Jay White et Chittur Narayankumar, Ingénieurs marketing technique

Kumar travaille chez NetApp depuis plus de 11 ans et il fait actuellement partie du groupe Flash Accel. Il a écrit plusieurs rapports techniques et documents Solution Builder sur la messagerie et la collaboration sur le stockage NetApp.

Jay est un ingénieur marketing technique dans le groupe Data ONTAP responsable de Flash Pool, des performances des systèmes et des environnements hébergeant des volumes importants de fichiers. Il a rédigé plusieurs rapports techniques et FAQ concernant les sous-systèmes de stockage NetApp, la résilience, RAID, et bien plus.

Tech OnTap
S'inscrire dès maintenant
Tech OnTap propose chaque mois des informations techniques, mais également des meilleures pratiques, des conseils et des outils, des interviews d'ingénieurs, des démonstrations, des évaluations et bien plus encore.

Pour vous inscrire dès aujourd'hui, consultez Tech OnTap dans la communauté NetApp.

Explorer
Explorer
Cluster-Mode Virtual Storage Tiering

Les technologies VST décrites dans cet article fonctionnent avec Clustered Data ONTAP 8® pour offrir une évolutivité, une flexibilité et des performances inégalées. Ce numéro de Tech OnTap contient un article de Vaughn Stewart sur la virtualisation des applications stratégiques de l'entreprise à l'aide de Cluster-Mode. Consultez tous les articles Tech OnTap récents sur Cluster-Mode.

Explorer
 
TRUSTe
Nous contacter   |   Choisir un partenaire   |   Commentaires   |   Offres d'emploi  |   Abonnements   |   Déclaration de confidentialité   |   © 2012 NetApp