NetApp Tech OnTap Logo NetApp
NetApp Tech OnTap
     
NetApp versus les nouvelles technologies EMC et Dell
Larry Freeman
Larry Freeman
Technologue, NetApp

Il y a quelques années, j'ai publié sur un blog un article qui n'est pas passé inaperçu. Je présentais les différences entre les systèmes NetApp et EMC, deux entreprises qui s'affrontent depuis des années sur le terrain des systèmes de stockage des données.

Dell ayant officiellement finalisé l'acquisition d'EMC, il faut s'attendre à ce que cette récente fusion change les habitudes d'achat d'entreprises du monte entier. J'ai donc actualisé mon article pour mettre en parallèle la philosophie Dell avec celle de NetApp et d'EMC. J'ai également repris plusieurs commentaires que d'ardents partisans de NetApp et d'EMC avaient publiés en réponse à mon premier article ainsi que d'autres commentaires plus neutres.

Chacun reste fidèle à ses principes : EMC pense « mainfraime », Dell pense « PC » et NetApp pense « système ouvert »

EMC a vu le jour en 1979 et s'est fait connaître grâce à ses cartes mémoire pour mainframes IBM. En 1990, EMC commercialisait le système de stockage Symmetrix pour ces mêmes mainframes. Puis, devant le déclin des mainframes face aux serveurs de systèmes ouverts, EMC a converti le Symmetrix en système de stockage ouvert pour les serveurs Unix et Windows. Les autres systèmes de stockage EMC (Clariion, Celerra, Centera, V-MAX, VNX et VNXe [désormais Unity], Isilon, et XtremIO) ont tous été conçus selon cette même philosophie et pour les mêmes gros clients.

Dell, qui s'appelait à l'origine PC's Limited, a été fondé par Michael Dell dans le but de commercialiser des PC personnalisés auprès d'adeptes de la première heure via des publicités diffusées dans des revues spécialisées. Au fil du temps, Dell a étendu sa gamme, s'est spécialisé dans la vente en ligne et a perfectionné son modèle commercial pour finalement devenir la référence mondiale en matière de gestion de la chaîne d'approvisionnement. En 1994, Dell a mis un pied dans le secteur du stockage avec ses serveurs PowerEdge, défiant des sociétés comme Compaq, HP et IBM avec un business model à faible coût et à faible marge, mais redoutablement efficace.

NetApp a été fondé en 1992, à peu près au moment où EMC passait à des systèmes de stockage ouverts et où Dell faisait son entrée sur le marché du serveur x86. NetApp est parti de zéro, en concevant un système de stockage en réseau destiné aux applications UNIX et Windows. Prenant le parti de proposer des produits à la conception dépouillée, la société s'est rapidement constitué une base de clients fidèles recherchant avant tout des systèmes de stockage répondant à leur besoin de simplicité et d'efficacité. D'ailleurs, dans les premières publicités NetApp, on voyait souvent un grille-pain, qui symbolisait la simplicité, la vitesse et la fiabilité des appliances de stockage.

Dans mon premier article, plusieurs personnes ont laissé des commentaires contredisant ma présentation d'EMC. L'un d'eux disait notamment la chose suivante : « Ce que vous présentez comme un point négatif, nous le voyons pour la plupart comme un point positif. » Mon intention n'était pas de dire qu'une approche était meilleure que les autres, mais simplement que les origines d'une entreprise marquent son ADN tout au long de sa vie. Et cet ADN peut à son tour dicter les environnements les plus adaptés aux produits de l'entreprise, un argument étayé par le commentaire de ce client :

« J'ai acheté des systèmes de stockage HP, EMC, EqualLogic, Sun et maintenant NetApp. Les baies NetApp sont sans conteste les mieux adaptées aux environnements de systèmes ouverts hautement virtualisés que j'utilise. »

EMC : un outil différent pour chaque tâche. NetApp : une approche intégrée pour de nombreuses tâches. Dell : vendre l'outil le moins cher

EMC a réalisé que tout le monde n'avait pas besoin (ou n'avait pas les moyens) d'un produit tel que le Symmetrix, et a donc acquis plusieurs gammes de produits de stockage auprès de Data General (1999), Data Domain (2009), Isilon (2010) et XtremIO (2012) pour étendre progressivement sa propre gamme. Aujourd'hui, le portefeuille d'EMC repose sur cinq plateformes et systèmes de stockage majeurs (VMAX, Isilon, Data Domain, VNX [Unity] et XtremIO). En outre, EMC a adopté une approche basée sur des silos, où chaque plateforme de stockage est conçue pour des charges de travail spécifiques qui ne se rencontrent jamais.

En 2011, après avoir racheté EqualLogic (2007) et Compellent (2011), Dell a choisi de créer sa propre marque de stockage. Dell propose divers systèmes de stockage, notamment les appliances NX et FS NAS, ainsi que les appliances MD, PS et SC SAN, la gamme DL d'appliances de sauvegarde et de nombreux racks de stockage (JBOD) rattachés à un serveur. Ces offres, comme celles d'EMC, sont par nature cloisonnées et conçues pour répondre à des charges de travail spécifiques ou aux demandes d'acheteurs « orientés serveur », mais contrairement à EMC, ils ciblent des clients au budget limité.

NetApp a toujours privilégié les designs modulaires et simples. C'était déjà le cas lors de la sortie du « grille-pain », l'appliance d'origine. Aujourd'hui, NetApp garde cette ligne de conduite avec Data Fabric, une approche software-defined de la gestion des données permettant aux entreprises d'associer des outils de gestion des données et des ressources de stockage disparates, afin d'optimiser la gestion des données entre les environnements de stockage sur site et cloud. Chaque système de stockage NetApp, qu'il soit NAS, SAN ou en mode objet, est conçu pour coexister dans cette structure commune qui permet de déplacer rapidement et facilement les données depuis les data centers vers les clouds publics, et inversement.

Si certains commentaires approuvaient le choix de différentes gammes de produits fait par EMC et Dell, d'autres commentaires du blog d'origine, plus nombreux, voyaient un intérêt dans la relative simplicité de l'approche NetApp :

« Certaines des acquisitions réalisées par EMC ont conduit à un chevauchement et à une redondance des produits. Pour les clients, ce sont autant de connaissances à acquérir sur chaque produit pour être à même de les gérer tous… NetApp semble faire des choix stratégiques plus efficaces en sélectionnant des produits qui étendent sa gamme sans pour autant créer de redondance. »

EMC et Dell considèrent que leur croissance se fera à partir d'une politique d'acquisition massive. NetApp parie sur les innovations internes et les acquisitions ciblées.

EMC a fait l'acquisition de plus de 50 entreprises au cours des 10 dernières années, soit environ 1 acquisition tous les 75 jours. Il semble évident qu'EMC a choisi cette méthode pour gagner en compétitivité et étendre son périmètre d'action. En vérité, il m'est difficile de citer un seul produit développé intégralement par EMC au cours de ce siècle.

Dell a dépensé plus de 15 milliards de dollars pour acquérir 30 entreprises depuis que Michael Dell est redevenu président-directeur général en 2007. En 2013, il rachetait la société pour 25 milliards de dollars et quittait la bourse. La « plus grande start-up au monde » commençait alors sa nouvelle vie en annonçant la création d'un fonds d'investissement Dell de 300 millions de dollars, destiné à financer les entreprises, en phase initiale et en phase de croissance, spécialisées dans les technologies émergentes comme le stockage, le cloud computing, le Big Data, les data centers nouvelle génération, la sécurité et la mobilité.

De son côté, NetApp a réalisé 13 acquisitions depuis 2000, soit un peu moins d'une par an. Chacune de ces acquisitions a été effectuée avec l'intention de renforcer l'activité principale axée sur les baies de stockage d'entreprise. NetApp a ciblé les acquisitions en fonction des technologies dont il avait besoin pour poursuivre ses efforts engagés en interne et à l'origine de la majorité de son chiffre d'affaires, de ses innovations et de sa compétitivité. Exemple : ONTAP, le logiciel de gestion des données phare développé en interne, a fait l'objet de plus de 1 500 dépots de brevet entre 1992 et 2013.

Le thème des acquisitions a fréquemment été mentionné dans les réactions à mon premier article.

Selon l'une d'elles :

L'innovation en interne est une excellente chose, mais il y a trop de personnes suffisamment intelligentes dans le monde pour que l'on puisse croire que les découvertes technologiques ne peuvent se faire qu'en interne.

Notre dernière acquisition, SolidFire, est la preuve que NetApp a conscience de cette réalité. Comme le faisait remarquer un analyste :

« Avec cette architecture [scale-out], NetApp dispose dorénavant d'une base solide pour entrer dans l'arène du stockage primaire. Bien gérée, elle devrait constituer une excellente transition permettant à NetApp de s'adapter aux futurs besoins de stockage au cours des cinq prochaines années. »

Pour Dell et EMC, les produits de gestion des données ne sont qu'un des nombreux segments d'activité. Pour NetApp, c'est le seul.

Le chiffre d'affaires d'EMC provient d'une fédération d'entités qui regroupe actuellement EMC Information Infrastructure, VMware Infrastructure, Pivotal et Virtustream. Les produits de gestion des données (au sein de l'entité Infrastructure d'information) contribuent pour moins de 50 % du chiffre d'affaires annuel global d'EMC.

Dans son dernier rapport trimestriel, Dell a déclaré un CA de 14,9 milliards de dollars, dont 432 millions pour le stockage d'entreprise, soit 3 % seulement du CA global. Aussi, même si Dell est actuellement l'une des entreprises IT parmi les plus importantes au monde, la part du CA générée par les produits de gestion des données est minime par rapport à celles des autres fournisseurs IT de systèmes intégrés.

De son côté, NetApp n'a qu'une seule source de revenus : les systèmes et les logiciels de gestion des données d'entreprise. Les dépenses de R&D de NetApp sont intégralement consacrées à garantir aux entreprises du monde entier la fourniture de logiciels, systèmes et services capables de gérer et de stocker leurs données, localement ou dans le cloud.

Le rachat d'EMC par Dell est peut-être terminé, mais les questions qui ont surgi lorsque l'opération a été annoncée demeurent. Sur bien des points, les clients et les partenaires n'ont obtenu ni réponse ni calendrier : quels produits redondants seront vendus ou supprimés ? Que va devenir la fédération EMC ? Dell peut-il efficacement appliquer à EMC son modèle de chaîne d'approvisionnement, et le cas échéant, quel sera l'impact sur les prix ? Une chose est certaine : Dell subira des pressions importantes pour rembourser son énorme dette. Il reste à voir si cela conduira à de nouvelles cessions, pertes et licenciements.

L'opération est à présent bouclée, mais il est certain que les avis seront nombreux lorsque cette nouvelle entité va tenter de se forger une identité dans le monde de l'IT, qui évolue très vite. Dites-moi ce que vous pensez de cette fusion dans vos commentaires. Selon vous, en quoi les nouvelles technologies EMC/Dell vont-elles affecter vos décisions d'achat IT ?

Pour plus d'informations :

Newsletter Tech ONTAP - Une plongée mensuelle au cœur des technologies NetApp
Solutions de cloud hybride NetApp - Une présentation du cabinet Silverton Consulting
Un aperçu des performances de stockage - Par l'équipe NetApp Performance Engineering

Novembre 2016

 
Nous contacter   |   Choisir un partenaire   |   Commentaires   |   Offres d'emploi  |   Abonnements   |   Déclaration de confidentialité   |   © 2016 NetApp